Axes de réflexion

Mémoire – L’histoire des terrains Foresta constitue un récit commun du territoire. Le patrimoine du bassin tuilier notamment, est peu valorisée par les acteurs traditionnels du tourisme à Marseille. Il est pourtant un socle majeur de l’histoire des industries et du travail de la ville et il très largement documenté, partagé et incarné par des acteurs associatifs, des habitants, des artistes.

Paysage – La coulée verte a la particularité d’être un espace très modifié, en partie aménagé, et en même temps d’être resté ou redevenu “sauvage”. Alors qu’il est en grande partie artificiel, ce paysage a la puissance non seulement de sa vue sur la rade, mais aussi de sa capacité à évoquer le “terroir marseillais”, cette “ville campagne” si caractéristique de Marseille. C’est aussi un espace de cheminements, avec de nombreux accès ouverts, sans barrière. Il s’agit de révéler la puissance du paysage, composer avec ce qu’il est et inviter à l’exploration.

Territoire – La coulée verte représente 20 hectares d’espaces verts en milieu urbain, dans une ville manque d’espaces naturels valorisés et praticables par tous. Repéré comme un espace remarquable par plusieurs équipes dans le cadre de la consultation urbaine pour la Métropole, la préservation de ce site et son affectation enfin assumée en tant que parc public seraient à la fois une amélioration du cadre de vie des habitants des quartiers nord, une reconnexion entre des quartiers aujourd’hui fragmentés spatialement et socialement, et une invitation à regarder ces quartiers dans leur centralité métropolitaine.

Hospitalité – À force de se percevoir comme disqualifiés, de vivre les fractures sociales, les quartiers nord ont développé aussi un désir de l’autre, de sortir de l’entre-soi et par là même, un vrai sens de la convivialité, nourri aussi de traditions ouvrières ou culturelles où l’hospitalité était une valeur éprouvée. Accueillir, être accueilli. A Marseille, l’histoire s’est construite avec l’hospitalité des habitants.

Usages existants – Au fil des années, le vide de la Coulée verte a généré des usages spontanés : cueilleurs d’asperges, joggers, petits explorateurs et grands aventuriers du quotidien, clients pédestres de Grand Littoral, des randonneurs à cheval, et amateurs de motos et de quads. Ces usages constituent aujourd’hui autant de pistes pour le développement de futures activités : le sport et la randonnée, la botanique et le jardinage, le jeu et l’exploration, les animaux et la biodiversité, en prenant le partir d’utiliser au mieux les caractéristiques du site, notamment sa pente.

Production locale – Fort de ses 20 hectares ensoleillés, Foresta a vocation à être également un lieu de production locale, non seulement de lien social, mais aussi d’énergie, de légumes… et d’activités économiques qui pourront contribuer directement à l’existence du projet. Une surface de près de 3000 m² sera mise en maraîchage, à mi-chemin entre permaculture et techniques agricoles traditionnelles (culture en terrasse, plantation de vigne de Séon).